#
#

COMMENT DEVIENT-ON VOIX-OFF ?

 

Bonjour à toi, ami "VoixOffien" ! Me revoilà pour un nouvel article retraçant mon parcours.

Car il y a quelques semaines de ça, j'ai reçu un coup de téléphone d'un jeune homme très motivé pour faire de la voix off son métier. Il a décidé de me contacter personnellement, après avoir vu mon site Internet, pour me demander des conseils et connaître les formations existantes.

Je ne peux que saluer le courage dont il a fait preuve pour prendre son téléphone. Parce que, mine de rien (qui a dit "mine de crayon" ?), ce n'est pas une chose évidente...

Ceci étant dit, j'ai pensé qu'il serait profitable à tous les passionnés de voix off francophones de bénéficier de mon témoignage sur mon parcours. Et si tu es là à lire ces lignes, il y a des chances pour que tu sois à la recherche de ta... voie !

C'est bien connu, pour atteindre ses objectifs, il n'existe pas qu'un seul chemin, mais voici le mien :

Enfant, je joue avec ma voix en faisant des imitations, je suis sensible à celles que j'entends à la télé, mais aussi dans la vie de tous les jours. J'aimerais un jour avoir, moi aussi, une belle voix et m'en servir pour faire rêver les gens. Ce rêve ne me quittera jamais...

Au collège, je découvre Molière, Corneille, Racine, Shakespeare et bien d'autres auteurs de théâtre. Trop timide pour aller dans les cours d'initiation à l'art dramatique de mon collège, je le suis même pour lever le doigt et me proposer pour lire à voix haute les textes. Pourtant, j'adore ça, ne demande que ça, et espère secrètement que le prof me désigne !

Ce n'est que vers l'âge de 20 ans que je commence à prendre des cours, en parallèle de mon métier de commercial en informatique.

En 7 ans, j'ai fait 3 associations de théâtre différentes, cherchant à chaque fois des cours qui donnent vraiment les bases du métier de comédien et qui me poussent d'avantage. Je veux progresser le plus possible ! Là où j'ai eu de la chance, c'est que ma dernière "prof" de théâtre en province était une ancienne sociétaire à la Comédie Française. C'est elle qui m'a le plus appris. C'est elle aussi qui m'a préparé à l'audition d'entrée de l'école de théâtre parisienne Claude Mathieu, celle que je voulais à tout prix intégrer.

Et oui, ami "VoixOffien", j'ai tout quitté pour monter à Paris et enclencher la vitesse supérieure pour avoir une chance de vivre un jour de ma voix. Au passage, j'ai appris qu'il y avait un nom à ce métier : Voix Off. Jusqu'ici, je pensais qu'on appelait ça "acteur vocal". Ne ris pas, j'ai vu ça sur un site québécois !

Bref, je passe l'audition d'entrée à Claude Mathieu et suis pris directement en second niveau. Ouf ! Ces 7 ans de cours de théâtre, certes amateurs, ne m'ont pas servis à rien. Et ça tombe bien, je n'ai réussi à économiser que pour payer 2 années de cours, pas plus. Bon, reste encore à payer les factures de mon petit studio étudiant et à manger, et pour ça, j'ai eu beaucoup de chance aussi. Trois mois avant de partir, j'ai vu que Disneyland Paris faisait un casting pour recruter des comédiens. J'ai tenté ma chance et tadaaaaaaam ! J'ai fait partie des 3 sélectionnés sur la cinquantaine de candidats que nous étions !

J'ai ainsi pu y travailler le week-end, pendant que la semaine je suivais mes cours et répétais les scènes avec mes partenaires. Et pour arrondir les fins de mois, je distribuais des flyers, journaux et échantillons à la sortie du métro, et faisais des animations-acting pour de grandes marques. N'empêche que le Street marketing est très formateur. J'ai appris à aller au-devant des gens, à garder le sourire même quand un nombre incalculable de personnes m'ignoraient (et c'était très souvent le cas), et à jouer avec ma voix qui devait à la fois porter pour qu'on puisse m'entendre, et séduire.

Pendant ces deux années, je tournais à une soixantaine d'heures par semaine, et bossais 7j/7. Mais vous savez quoi ? Je m'en foutais parce que j'étais passionné !!!

Bon, je te l'accorde, à la fin ça devenait dur. Après avoir quitté l'école de théâtre, je suis passé en 35h à Disney, histoire de me remettre physiquement et financièrement. Il me fallait aussi préparer la prochaine étape et rentrer dans le vif du sujet : apprendre la voix off.

Pour ça, je me suis renseigné un peu partout et le nom d'une formation ressortait à chaque fois : "Coaching Voix-off Online" (CVO pour les intimes), dirigé par le Caméléon* Lorenzo Pancino.

C'est une formation internet sur 4 niveaux allant du débutant au confirmé. La durée dépend uniquement du temps que tu vas y consacrer. Il y a une personne qui était au chômage à ce moment-là avec une super motivation et qui l'a finie en à peine 6 mois. Il faut dire qu'il y consacrait 8 à 9h par jour. D'autres, comme moi, ont pris un peu plus de temps. Personnellement, j'ai mis environ 3 ans puisque j'avais mon boulot à temps plein. Ça peut te paraître long, mais tout dépendra du temps quotidien que tu peux y consacrer, de ton implication et de ta capacité à apprendre la musique de chaque spécialité.

Puis, toujours en parallèle de mon job, je me suis mis en auto-entrepreneur (code APE 5920Z). Un peu plus tôt que prévu d'ailleurs, mais un contrat m'a été proposé pour une radio guyanaise et ça ne se refuse pas, n'est-ce pas ?! ;-)

Maintenant, soyons clair, ceci est mon parcours. Mais tu peux très bien ne pas passer par la case théâtre pour aller directement à la formation de voix off. En étant "juste" speaker*, mais en maîtrisant les spécialités qui s'y rattachent, il y a largement moyen d'en vivre. Inversement, tu peux être "juste" comédien voix off*.

Au passage, voici les autres formations dont j'ai entendu parlé. Elles sont dispensées par :

- Vox Populi

- IMDA

- EFDV

- INA

Pour finir, et comme le métier n'est pas fait que d'artistique, j'ai fait la formation "Objectif Voix Pro" de David Vautrin. Le but est d'apprendre à créer son home studio, à traiter son acoustique, à enregistrer proprement et à faire de la post prod' sur Pro Tools. J'ai également suivi des formations dispensées par des ingés son, via Internet et en studio.

 

Maintenant, tu sais tout, à toi de jouer ! ;-)

 

LAURENT G.

 

 

 

* Voir l'article "Voix-Off : kezako ? "



lgarret 12 juin 2015
Home studio :